Première partie test du SimonSysteme

03-04-2012

Le 9 mars a eu lieu la première partie test du SimonSysteme. Cette première session fut l'occasion de tester :

Je reviendrai en détail sur ces différents points dans d'autres billets ainsi que directement sur le site du SimonSysteme, parce que ce n'est pas vraiment le sujet de ce billet. Le sujet, donc : la partie de test. Ou plutôt, les conseils que je peux vous donner si vous voulez faire vous-même une partie de test d'un système que vous êtes en train de créer.

Première étape : le scénario.

Ben oui, il va bien vous en falloir un. Sinon ce n'est pas une partie de test, ce sont des tests tout court et vos PJ ne vont pas forcément apprécier le fait de juste tester des bouts de trucs. Je pensais avoir trouvé une idée géniale : utiliser un scénario DD4 du commerce que j'aurais converti. Idée géniale pour trois raisons :

Sauf que j'ai fait deux erreurs grossières.

La première c'est la préparation. Je prépare habituellement très longuement mes scénars. Sauf que là entre le boulot qui ne m'a pas laissé une seconde et les réglages continus à faire sur Simon, le temps j'en avais peu. Et autant avec un scénar conçu pour un système de jeu précis, un manque de préparation peut passer, autant là, avec un système pas fini, qu'il faut régler en cours de partie, ne pas connaître par cœur le scénar, ça ne pardonne pas. Ça génère des imprécisions, des dialogues de PNJ bâclés et un scénar qui ressemble plus à du PMT qu'à un scénar.

La deuxième, c'est la conversion des monstres. En effet, je ne l'avais pas assez testée. Et je me suis retrouvé avec des monstres bien souvent trop faciles à démolir, sans véritable challenge. Et qui, et c'est un comble, n'utilisaient pas à plein potentiel le système de combat de Simon (enfin d'un autre coté c'est pas plus mal parce que je crois que sinon il y aurait eu du PJ mort).

Mon conseil : Inventez vous-même un scénar, même simpliste, ou reprenez un scénar que vous avez joué plusieurs fois et que vous connaissez par cœur. Et surtout préparez bien vos rencontres. En fait un scénar de test de système de règles doit au final encore plus se préparer qu'un scénar classique.

Deuxième étape, la création de personnages.

J'avais volontairement allégé la création de personnages. Toute une partie concernant les événements de jeunesse, les faiblesses et les talents est passée à la trappe. C'était dans une optique louable, réduire le temps de création et ne pas prendre trop de temps là-dessus pour ne pas ennuyer les joueurs. C'était au final une bonne idée, même si j'ai péché par excès de zèle et du coup un ou deux joueurs ont été un peu déçus.

Mon conseil, réfléchissez bien avant de couper des bouts de la création de PJ pour "alléger". Vous n'allez pas forcément gagner beaucoup de temps et vous risquez de frustrer.

Troisième étape : la présentation des règles.

J'avais décidé d'avancer d'une manière importante tout ce qui était magie/sort/etc. J'ai donc beaucoup travaillé dessus. Ce qui a donné presque 100 pages A4 imprimées. Autant dire que c'était vraiment la pire façon de présenter des règles à des joueurs. Le choix des sorts a du coup pris bien 1h, avec des joueurs qui recopiaient ensuite les descriptifs des sorts que j'avais imprimés.

Mon conseil : travailler à fond une partie, jusqu'à en avoir des centaines de pages, est-ce vraiment une bonne idée ? Quid si au final vous vous rendez compte que le résultat ne plaît pas ? Que ce que vous pensiez génial est en fait mauvais ? Que de temps gaspillé... Ne prenez pas le risque et commencez pour les premiers tests par des choses précises mais pas forcément exhaustives, il vaut mieux 20 sorts ultra réfléchis que 1000 pissés les uns après les autres. Et surtout réfléchissez à la manière de faire passer les infos à vos joueurs. 120 pages volantes au format A4 et en N&B, c'est la pire des façons de faire.

Quatrième étape : les règles.

Au final le SimonSystème n'est pas une création de zéro mais une refonte profonde d'un système de jeu qui date d'une dizaine d'années et que j'avais déjà mis en place (en partie avec l'aide d'un pote). Pour aller plus vite, j'ai donc repris de gros bouts de fichiers word de règles que j'ai relus rapidement pour les modifier pour qu'ils collent au nouveau système.

Sauf que rapidement veut souvent dire merdiquement. Et c'est très lourdingue pour vous et vos joueurs lorsque 1/3 des descriptifs des sorts parlent en terme de temps d’incantation ou de nombre d'actions alors que vous n'utilisez plus ce système là...

De même, en début de partie, les joueurs ont trouvé certaines valeurs (dégâts des armes, coeff de protection ou autre) mal définies. Trouvant à la réflexion qu'ils n'avaient pas complètement tort, j'ai modifié en live. Sauf que du coup, le système n'était plus équilibré et au final mes modifications ont plus été négatives qu'autre chose.

Mon conseil : Déjà être certain de l’homogénéité des règles que vous allez faire passer à vos joueurs.  Utilisez toujours le même terme pour désigner la même chose. Si vous avez construit votre système de jeu en plusieurs fois, vérifiez bien que les différentes règles qui proviennent des différentes époques sont compatibles. Enfin, je suppose que les valeurs que vous avez choisi pour les dégâts, les tests et autres, ont été testées longuement. Notez donc les suggestions de vos joueurs mais ne modifiez pas en live vos constantes. Vous avez plus de chance de casser quelque chose dans votre équilibrage que d'améliorer les choses.

J'aurais encore beaucoup à dire sur la manière de créer un système de jdr. Mais cela fera l'objet d'autres billets. Celui-ci est déjà suffisamment long et puis je veux me limiter à mon sujet de base, la mise en place d'une partie de test.

Pour finir, quand même, un petit point sur le résultat de la partie elle-même. Les joueurs ont accroché, vraiment, certains même énormément. Il reste encore quelques problèmes d'équilibrage, un remaniement nécessaire de la partie magie, un bestiaire pas assez touffu, mais ce n'est que du "détail" - qui va prendre pas mal de temps. Mais la question principale que je me posais à savoir  "est-ce que mes idées bizarres vont plaire à d'autres qu'à moi ?" a trouvé une réponse : C'est OUI.