Créer une Taverne

17-06-2012

C'est peut-être un immense cliché, mais le passage "Vous êtes dans une taverne" est très efficace pour une transition de campagne ou une amorce de scénario - parfois les deux. Il existe des variantes, allant de "vous êtes dans un bar chic" à "vous vous réveillez avec une gueule de bois au fin fond d'une boîte de nuit miteuse dans une flaque de vomis (et ce n'est même pas le vôtre)". Dans l'ensemble, pourtant, les "tavernes" anciennes ou modernes (voire futuristes), peuvent se résumer à quelques points essentiels :

Il y a d'autres éléments importants, ou qui peuvent le devenir, mais voyons plutôt comment "créer une taverne". Ou, plus humblement : voyons voir comment je crée une taverne. Vous êtes libres d'adapter ça à votre sauce.

Les lieux. Parce qu'il n'y a pas qu'une salle.

Si l'on considère un minimum d'une seule salle, il est tout à fait possible d'avoir une infinité de salles à disposition dans votre "taverne". En fonction de la taille que je souhaite lui donner, je pioche dans la liste des "lieux" suivants (et parfois j'en rajoute, même) :

Par exemple, pour un petit taudis médiéval : une salle commune avec un sol de terre recouvert de sable et de paille, quelques tables, un bar composé de deux tonneaux supportant une large pièce de bois, et quelques saucissons pendus dans une petite réserve au-dessus de trois tonneaux d'une piquette locale.

Et à côté de ça, pour une boîte de nuit chic d'une grande ville, le strict minimum comportera un hall d'entrée, des vestiaires payants, deux toilettes avec d'immenses bassines pour se laver les mains, des lumières dans tous les coins des deux ou trois pistes de danse à néons, un carré VIP, une scène avec des platines de DJ, plusieurs alcôves privées pour strip-teases personnalisés, sans oublier le bar, une réserve, une cave à vin, un parking et son service voiturier, etc. etc. - toute la surenchère possible de luxe. Et, bien évidement, tout le petit personnel qui va avec.

Mais tous ces lieux ne seraient rien sans la faune qui les accompagne.

Les gens. Parce qu'une salle toute seule, bof quoi, ça manque d'ambiance.

Maintenant que vous avez vos lieux, vous pouvez les remplir. Vous avez besoin des protagonistes et des figurants de votre prochaine partie, et c'est le moment idéal pour plancher sur le sujet. Là encore, je vous propose une petite liste des "profils types" auxquels je pense :

Et bien d'autres encore : certains sont de purs clichés, d'autres faisant office de meuble pour les lieux, histoire de dire qu'il n'y a pas qu'une personne et les PJ dans la taverne.

Certains personnages servent à donner du relief aux lieux, en le remplissant de vie, et ajoutant l'effet de "foule". Ils peuvent aussi, à l'occasion, servir de repère à vous et à vos joueurs, en renforçant la cohérence des lieux. Par exemple, dans le cas d'un attentat à la bombe, revoir sur une vidéo de sécurité volée une personne lambda des lieux donnera plus de corps à votre récit (et parfois cela suffit même à faire partir vos joueurs sur de fausses pistes). La simple présence d'un personnage déjà vu peut faire réagir vos joueurs dans le sens qui vous arrange.

De plus, vous pouvez déterminer le niveau de problèmes potentiels en régulant le public : beaucoup d'alcooliques peut mener à des bagarres, un parrain de la mafia à des fusillades, des habitués à des mouvements de foule (moquerie, réaction à des tricheurs, etc.). Si vous déterminez déjà bien ce qui compose le public, alors vous aurez déjà une très bonne base.

Mais tout cela ne fonctionne que si vous placez des intrigues dans tout ce désordre...

Les intrigues. Parce que les gens ne savent pas rester à leur place. Et c'est drôle.

Que serait un scénario sans intrigue ? Même le film d'action le plus basique dispose d'une intrigue de base (plus ou moins crédible, mais tout de même). Généralement, et parce que je n'aime pas trop me prendre la tête là-dessus, je fais de simples équations.

Oui, des équations, du genre "a + b = c". Rien de bien compliqué. Voici quelques exemples :

La serveuse et le voleur : Une serveuse (a) va aider à détourner l'attention des gens pour aider un complice (b) à voler la bourse des gens (c). La call-girl et le lieutenant de la mafia : Une call-girl (a) souhaite "rembourser toutes ses dettes" qu'elle a contractées auprès de la mafia, mais l'un des lieutenants (b) refuse de la laisser partir quand même, ce qui entraîne une rixe sur la piste de danse (c). Le mutant et ses amis les dieux sombres (testé et approuvé) : Un groupe de cultistes des dieux sombres (a) a décidé de faire naître des mutations dans une taverne (c). Pour cela, ils ont besoin de faire ingérer aux gens une mixture corrompue, créée par un mutant dégénéré (b) maintenu prisonnier dans les caves de l'auberge.

Et il y en a tellement d'autres ! Les équations peuvent devenir véritablement complexe, mais vous pouvez prendre une base simple (personnage a, groupe b, situation c), et broder autour (rajouter d, e, f et g...).

Le secret de la recette du chef.

Maintenant que vous avez les trois ingrédients de votre taverne parfaite, il ne vous reste plus qu'à préparer votre scénario, adapter le niveau d'enquête et la difficulté des combats à votre groupe, et réunir vos joueurs pour jouer. Avant de nous quitter, j'aimerais quand même vous donner quelques conseils supplémentaires.

Jouez avec les clichés.

La "taverne" (et ses variantes) est déjà un cliché à part entière. N'ayez pas peur d'ajouter quelques clichés de plus lorsque vous joueurs arrivent : cela les aidera à se faire une idée des lieux, de son ambiance, et à prendre leurs marques. Puis, de temps en temps, jouez avec ces clichés : le mendiant qui débarque et qui a l'air louche n'est, en fait, qu'un pauvre mendiant à l'air louche et fatigué, rien de plus (testé et approuvé).

Il existe un autre cliché dont je m'amuse souvent : les personnages qui ont un nom sont importants. Les autres ne sont que "des pnj du décor". Mais avec un bon générateur de noms et une idée en tête, vous pourrez facilement donner un nom à tous les personnages. Bon courage pour vos joueurs !

Personnages récurrents.

Même si cela semble étrange pour vos joueurs, n'hésitez pas à réutiliser plusieurs fois le ou les mêmes personnages : soit dans l'environnement d'une même taverne, soit plus tard dans un autre lieu. Le soldat qu'ils ont croisé hier soir fait le guet à un pont ce matin. Ou bien ce type à l'air louche qui scrute tout le monde est videur dans un supermarché du quartier. Certains personnages auront une importance, et d'autres absolument aucune.

Préparez vous bien, et faites des plans

Contrairement à ce que vous pourriez croire, créer une taverne de toute pièce par improvisation n'est pas nécessairement la chose la plus aisée (mais ça se fait). La cohérence d'un lieu comme celui-ci, où se croisent tout un tas de mondes aux intérêts variés, nécessite un peu de travail. Pas forcément grand chose, mais faites au moins un plan sommaire, et une liste des personnages clés (barman, services, habitués, et deux ou trois clients lambda).

Et quoi qu'il arrive : amusez-vous.