Arthur Iste

02-02-2013

Arthur est un type bizarre.

Pas méchant hein, juste... bizarre. Du genre à faire un peu peur parfois, lorsque vous ne savez pas s'il essaye de sourire ou s'il a seulement oublié ce qu'il faisait là. Vous vous dites peut-être qu'il est perdu dans ses pensées, mais vous vous dites surtout que c'est un simplet. Pas méchant, juste pas très brillant... et un peu bizarre aussi.

Côté face.

Bon au début, vous l'avez pris pour l'un de ces types qui ne sait pas où il est, un mec normal et sans intérêt, dans la masse des autres gens, peut-être un peu plus paumé que les autres c'est tout. C'est l'archétype du mec qui achète toujours la même chose, qui fait un tour toujours à la même heure, et qui ne se remarque dans la foule que parce qu'il porte des vêtements - toujours les mêmes - usés, un petit peu sale, et qui viennent de la décennie précédente.

Peut-être que personne ne lui a dit qu'on était en 2013, et qu'il devrait oublier 1998 ?

C'est vrai qu'il a quelques manies étranges aussi. Oh rien de méchant bien sûr : il porte toujours des chaussettes de couleurs différentes, un bonnet en laine toute l'année - même en plein Été - et vous en venez à vous demander s'il a plus de cheveux que les trois fils élimés que vous voyez pointer parfois derrière.

Ses pulls... pardon : son pull a ses manches élimées, et les jointures des coudes ont pris une teinte plus grisâtre que ne l'est la couleur d'origine. Les chiens ne l'aiment pas trop, les chats non plus ; et finalement, aucun animal ne semble l'apprécier vraiment. Peut-être la légère odeur de citronnelle y est pour quelque chose ?

Non décidément, ce n'est pas un mauvais bougre, juste un peu benêt. D'ailleurs il n'hésite pas à aider les personnes âgés au passage pour piéton, et à donner un sous ou deux aux SDF ayant élu domicile dans le petit parc à côté de chez lui. Il y passe tous les jours après être aller faire ses courses.

Tenez, le détail qui tue, que vous avez fini par remarquer à force de le côtoyer à l'occasion lorsque vous faites les courses : il achète toujours la même chose. Une baguette industrielle, un sachet de fromage râpé, 500g de pâte "Torsade", et 3L de lait concentré Nestlé. C'est un peu louche, mais bon, il n'a pas l'air de le vivre mal. Enfin pour ça il faudrait que vous arriviez à vous souvenir exactement de son visage ou de sa corpulence - mais vous ne l'avez jamais vraiment étudier de près n'est-ce pas ?

Le seul truc qui vous a fait tiquer, c'est la fois où vous l'avez-vu à la fenêtre de son appartement, torse-poil, le bonnet toujours sur la tête, les yeux comme fixés sur l'arrière de votre crâne. Derrière lui, il y avait une drôle de lumière...

Vous avez repris votre route sans plus y penser.

Côté pile.

Et c'est justement pile poil ce qu'il veut, Arthur Iste. Enfin, ce qu'il pense vouloir, en tout cas.

Il n'est pas bizarre, il n'est tout simplement pas humain. Il ne fait que mimer ce que font les humains : s'habiller à peu près comme eux, aller au super-marché faire ses courses, allumer la télé avec le son un peu trop fort (mais il ne la regarde pas), sortir le matin pour prendre les transports en commun, se rendre là où tout le monde se rend, tourner en rond, et revenir chez lui à pied.

En tout cas, il se donne beaucoup de mal pour se faire passer pour un humain.

Le problème, c'est qu'il n'a pas la moindre idée de ce qu'il est. Il n'a que deux convictions : premièrement qu'il a une mission à accomplir, deuxièmement que cette mission ne doit pas être découverte par qui que ce soit d'autre que lui-même.

Alors il attend, depuis une dizaine d'année, de voir ce qui va se passer. Il observe tout le monde : son appartement est rempli de notes et de documents associés à des personnes qu'il croise dans son quartier. C'est comme ça qu'il a découvert que les gens allaient tous les jours dans la zone industrielle pour y travailler, qu'il a découvert que les gens mangeaient tous les jours, et que les pâtes et le fromage étaient populaires - comme la télé qu'il met un peu trop fort, parce que les gens, ils regardent la télé le soir un peu trop fort (surtout les vieux, c'est ce que dises ses notes, et nous n'en jugerons pas la pertinence).

Pourtant, il n'a pas vraiment "faim" : il s'est seulement rendu compte que le lait concentré lui donnait de l'énergie quand il en avait besoin.

Parfois, il se met à regarder une personne très fixement, et il a l'impression de "lire" quelque chose. Comme si quelque chose ou quelqu'un l'utilisait pour "scanner" les gens. Pas tout le monde non, seulement quelques uns...

Vraiment très étrange.

Peut-être qu'un soir, quelque chose se passera ? Et ce soir là, il espère bien avoir découvert le but de sa mission. De son œuvre. De sa vie.

Et la tranche...

Difficile de proposer une "tranche" à cette histoire, tellement elle peut être interpréter comme un MJ le voudra. Et puis il faudrait pouvoir le placer dans un univers en particulier, qui permet une dose de surnaturel, ou de science-fiction, voire un peu des deux.

Alors, que feriez vous avec Arthur Iste ? Quelques idées, en passant - mais pas de révélation fracassante concernant cet être tout à fait inhabituel.

L'espion de science fiction

La Terre, ce n'est pas grand chose dans la Galaxie, encore moins dans l'Univers. Alors lorsque des petits hommes verts (ou gris, ou bleu, vous choisissez) décident de sélectionner quelques humains, ils commencent par envoyer une sonde sur cette planète.

10 ans après, ils reviennent pour récolter le résultat de leurs recherches, ce résultat inclus, comme par hasard, vos joueurs. De quoi les emporter dans une suite d'aventure interstellaire, où ils auront l'occasion de sauver la Galaxie à un déjeuner mondain à 4 millions d'années lumières de là, de détruire des mondes d'un simple souffle sur un écran tactile d'un super-croiseur intergalactique, et de devenir riche et célèbre sur les milliers de mondes de la Nouvelle République Oligarchique du Secteur ZZ'.

Ou quelque chose dans ce goût là.

Les vampires, les zombies, et tous ces êtres des ténèbres

Une version un peu plus terriennes et mystiques seraient d'en faire une sorte de changeling, ou un doppelgänger. Il a été placé là par un sorcier/magicien/vampire/liche très puissant, qui veut repérer les chasseurs de monstres que sont vos joueurs.

De quoi leur tendre un piège, où ils se rendront compte qu'il y a quelqu'un, quelque part, qui en sait beaucoup trop sur eux.

Oh, et Arthur ? Et bien soit il est du genre à exploser à la tête des personnages, soit il est totalement inoffensif. Tout juste un pauvre ère qui n'est plus humain et qui a été placé là pour servir d'outil. Une fois utilisé, et bien... que fait-on des outils qui ne servent plus ?

Un peu de tout un peu de rien

La dernière option que j'envisage, c'est encore qu'Arthur Iste ne soit qu'un reliquat, qu'une erreur. Il est là, mais ne sert plus à rien ni à personne. Oh, bien sûr, des traces peuvent être trouvées dans son appartement, voire dans son comportement.

Mais quelle importance désormais ? Il ne sert plus à rien. Qui irait le surveiller ? Qui se rendrait compte que ses activités crapuleuses vont être découvertes par un groupe (de vos joueurs, évidement) qui va décider de remettre les pendules à l'heure, et de venger le mal qui a été fait à Arthur - voire aux personnes qui étaient dans le viseur à l'origine ?

De quoi vous amuser quelques heures à une table...